Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

À la Une

/ Guillaume Clerc

Bonjour à toutes et tous. Nous serons ravis de vous retrouver ce jeudi 27 février à la conférence débat : « Répression : quelle liberté pour la presse ? » à Besançon, salle Battant, 19 h 30, organisée avec Radio BIP/Média 25. Nous y avons convié Raphaël Kempf, avocat soucieux des libertés publiques, et Edwy Plenel, co-fondateur de Mediapart. Nous reviendrons d’abord sur toutes les entraves à la presse que nous avons pu subir, notamment à Besançon, en un peu plus d’un an de manifestation Gilets jaunes. Emma Audrey, de radio BIP, présentera un film mettant en évidence certaines de ces scènes et témoignera des violences que les reporters subissent sur le terrain. Daniel Bordür, fondateur de Factuel.info, évoquera l’historique des relations entre police et manifestants dans la cité comtoise.

Accès libre

/ La rédaction

Comme presque partout, la presse indépendante a subi ici aussi des entraves, menaces ou violences policières qu’elle concourt à mettre en lumière par sa couverture des manifestations. Interpellations, contraventions, tirs de LBD, menaces de morts et poursuites judiciaires, voici les atteintes au droit d’informer que nous avons pu recenser à Besançon, presque exclusivement concentrées sur Factuel.info et Radio BIP/Média 25, dont les images sont à l’origine de deux enquêtes IGPN.

Accès libre

/ Michèle Tatu

A l’affiche, « Adam », de la Marocaine Maryam Touzani, et « Un divan à Tunis », de la franco-tunisienne Manele Labidi. En dénonçant subtilement le patriarcat et la place de la femme dans la société, les deux réalisatrices proposent une réappropriation de l’identité féminine et la libération de la parole.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

Besançon devra se doter d’un règlement local de publicité avant juillet, mais les candidats aux municipales sont restés bien discrets sur le sujet alors qu’une consultation publique est prévue au printemps. Nous vous révélons avant les élections le projet des élus : points d’entrées de ville préservées, densité plus faible et réduction de la taille des panneaux de 12 à 8 m². Mais à l’heure où toutes les listes se revendiquent de l’écologie, la publicité numérique ne sera pas interdite. La voie est donc ouverte pour toujours plus d’écrans, alors que le contrat sur le mobilier urbain liant la ville à JCDecaux arrivera bientôt à échéance.

/ Toufik-de-Planoise

L’action anti-pub d’Alternitiba et d’ANV COP21 le jour de la dernière Saint-Valentin s’inscrit dans une lutte longue à Besançon, où des modes d’action différents ont été utilisés. Alors que la publicité gagne du terrain et qu’elle s’affiche maintenant sur écran, retour sur 10 ans d’action anti-pub à Besançon, de l’ouverture des sucettes, en passant par l’extinction des enseignes lumineuses et la casse.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

S’organiser pour la suite et faire des propositions pour combattre la réforme des retraites. C’était le mot d’ordre d’un forum initié par le PCF en décembre salle Battant à Besançon et qui a rassemblé l’ensemble des syndicats et des partis politiques écologistes et de gauche : EELV, NPA, FI, PS, LO et Génération.s. Cela ne s’était pas vu depuis longtemps, mais malgré un constat commun, l’heure n’est pas tout à fait à l’union. Fin janvier, certains partis dont le PS, le PCF et EELV présentaient un contre-projet commun de réforme des retraites financé en taxant le capital et en créant des emplois liés à la transition énergétique.

/ Toufik-de-Planoise

Sibeth Ndiaye, secrétaire d’État auprès du Premier ministre et porte-parole du Gouvernement, était de passage ce jeudi dans le Doubs et a participé à un débat public à la préfecture. L’opération « à votre écoute » devait recueillir « les remontées du terrain par l’expression des principales préoccupations des Français. » Tout le monde pouvait s’y inscrire, dans la limite des places disponibles, et quelque 75 personnes d’horizons très divers ont pu s’y rendre, donnant lieu à des échanges où interrogations et coups de gueule se sont vite multipliés.

/ Danièle Secrétant

Rien ne prédestinait certains travailleurs sociaux à devenir des entrepreneurs. Devant les besoins de réinsertion de personnes en difficulté, l'absence de réponses adaptées, plusieurs ont mis les mains dans le cambouis ou dans le bois... Jean-Guy Henckel les a mises dans la terre. Bio, la terre. 30 ans après la création du premier jardin de Cocagne, à Chalezeule, près de Besançon, il raconte l'aventure. À son actif, 136 entreprises solidaires - jardins, restaurants,  laboratoires de transformation - emploient 5000 personnes en insertion, 800 encadrants et fournissent 25000 adhérents consommateurs...

Montain : la solidarité après le passage de Ciara

en images
Dimanche 16 février 2020 / Daniel Bordür

Une grande serre de 250 mètres carrés s'est envolée, en heurtant deux petites, avant de s'écraser 50 mètres plus loin... Les plants de légumes sont potentiellement menacés par le gel et le revenu des deux maraîchers est compromis par la nécessité du remplacement de leur outil de travail... Un chantier participatif a réuni plusieurs dizaines de personnes pour parer au plus pressé et une cagnotte a déjà permis de collecter plusieurs milliers d'euros.

Accès libre

Ancien maire de Pontarlier, Yves Lagier est mort

carnet
Mercredi 12 février 2020 / Daniel Bordür

Militant socialiste et associatif, européen convaincu et exigeant, il a accompagné Factuel pour soutenir le journalisme d'investigation qu'il opposait au journalisme de contemplation.

L’économie du cinéma, face à la baisse des aides du CNC (Partie 2)

cinéma
Mercredi 12 février 2020 / Michèle Tatu

Le Centre National du Cinéma annonce une baisse de 5 à 6 % des aides à la création cinématographique. Cette décision de Dominique Boutonnat, directeur du CNC, augure une diminution des œuvres françaises. Car sans argent public suffisant, les films ne se font pas.

Accès libre
Jean-Yves Ravier, lors de la présentation de la liste, le 29 janvier à Juraparc.

Lons-le-Saunier : la gauche sort de l'hibernation

reportage
Vendredi 7 février 2020 / Daniel Bordür

Avec le militant associatif non-encarté Jean-Yves Ravier à sa tête, la coalition EELV-PCF-PS peut-elle reprendre, trente ans après l'avoir perdue, une ville qui vote généralement à gauche aux élections nationales et régionales ? La liste Changer de cap, qui a lancé sa campagne lors d'un meeting bien suivi, peut raisonnablement l'espérer en tablant sur les deux candidatures fratricides issues de l'équipe de Jacques Pélissard (LR) qui ne se représente pas. 

1 000 manifestants à Besançon ce jeudi

brève
Vendredi 7 février 2020 / Toufik-de-Planoise

À l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, SUD/Solidaires, MNL, UNEF, et UNL, un cortège « métro-boulot-caveau » était organisé ce 6 février. Engagé depuis le 5 décembre dernier, le mouvement entendait démontrer qu’il ne faiblissait pas. Esplanade des Droits de l’Homme près de la Mairie à 11 h, le pari fut en partie gagné. Entre 900 et 1 200 personnes s’étaient ainsi retrouvées, un score honorable après plus de deux mois et une neuvième mobilisation nationale. Les organisateurs ont enchaîné les allocutions, avant de partir déambuler dans la vieille ville.

Accès libre

À Besançon, trois nouvelles agressions attribuées aux néonazis

enquête
Jeudi 6 février 2020 / Toufik-de-Planoise

Depuis notre premier article, nous pouvons documenter d’autres agressions récentes attribuées à l’extrême-droite radicale. Une première victime décrit ainsi avoir subi un véritable « tabassage » à connotation raciste entre Noël et Nouvel An, une seconde avait déposé plainte suite à des coups reçus fin novembre. Plusieurs témoins rapportent aussi des rassemblements réguliers et tendus dans certains bars de la cité, dont l’un se serait soldé « à un cheveu de l’expédition punitive » mi-janvier. Les citoyens, parfois inquiets, s’interrogent désormais sur la réactivité des pouvoirs publics.

Accès libre

Laurent Nuñez n’annonce rien de neuf pour Planoise et nie les violences policières

reportage
Samedi 1 février 2020 / Guillaume Clerc

Laurent Nuñez est venu à Besançon d’abord auprès des policiers pour les féliciter du travail déjà mené et en les invitant à le poursuivre, jusqu’à éradiquer tous les points de deal en misant sur les enquêtes judiciaires. Il explique d’ailleurs les fusillades de Planoise par les vides laissés après le démantèlement de réseaux de trafic de drogue. Il n’est pas là pour promettre plus de policiers aux habitants, si ce n’est trois semaines de plus de CRS dans le quartier. Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur n’a pas souhaité rencontrer l’intersyndicale, qui a fini nassée, et a contesté l’existence des violences policières. Tout en déniant aussi les entraves à la presse alors qu’une journaliste avait été empêchée de filmer l’irruption d’une manifestante dans le cortège officiel plus tôt dans la matinée.

Le député et candidat LREM Éric Alauzet chahuté et pourchassé à Besançon

reportage
Vendredi 31 janvier 2020 / Toufik-de-Planoise

Ce jeudi, l’intersyndicale appelait à une action « député godillot », devant la permanence du parlementaire et candidat LREM aux municipales de Besançon Eric Alauzet. Il s’agissait, pour les manifestants, de protester symboliquement contre la réforme des retraites en déposant de vieilles chaussures, témoignages d’une usure à la tâche comme de la volonté d’outrager l’élu. Après trente minutes de discussions animées, ce dernier prendra brusquement congé avec son bras droit Frank Monneur pour se rendre au conseil communautaire. Motivant une brève course-poursuite au pas pressé dans les rues du centre.

Accès libre

tribune

Appel pour l'abandon des poursuites contre deux collaborateurs de presse à Besançon

Lundi 9 septembre 2019 / La rédaction

De Marie-Guite Dufay à Edwy Plenel en passant par Barbara Romagnan et Aurélie Trouvé, Claire Arnoux, Nicolas Bodin et Anne Vignot, 122 personnalités locales, régionales et nationales, des écrivains et des militants, des associations et des syndicats sont les premiers signataires de ce texte qui considère que le renvoi devant le tribunal correctionnel d'un correspondant de Factuel et d'un reporter de Radio BIP est une instrumentalisation de la justice par le pouvoir politique. 

Accès libre

reportage

Les vœux de Marie-Guite Dufay chahutés aussi

Jeudi 23 janvier 2020 / Toufik-de-Planoise

Jamais deux sans trois. Après Jean-Louis Fousseret le 8 janvier et la députée Fannette Charvier le 18 janvier, c’est au tour de la présidente de région Bourgogne Franche-Comté de se confronter à la contestation sociale en cours. Ce jeudi matin 23 janvier au palais des Congrès/Micropolis, la cérémonie des vœux aux agents territoriaux a ainsi été chahutée. Une cinquantaine de manifestants sont venus exprimer leur colère, concernant la fonction publique et la réforme des Retraites. Le temps de quelques chants et d’une prise de parole de l’intersyndicale, l’évènement a pu reprendre.

Accès libre

conférence de presse

Le biologiste et écologue Daniel Gilbert candidat à la présidence de l'université de Franche-Comté

Mardi 21 janvier 2020 / Daniel Bordür

Membre de l'actuel conseil d'administration où il siège dans l'opposition à Jacques Bahi qui ne peut pas de représenter après deux mandats, l'ancien directeur du laboratoire Chrono-Environnement conduit une liste pour les élections du 10 mars prochain. Il défend « un changement attendu et nécessaire » et ne ferait pas appel à la police si le CA était envahi par des étudiants... La première vice-présidente sortante, Macha Woronoff, également candidate, défend « le sérieux budgétaire » tout en annonçant ne pas être dans la continuité de Bahi...

analyse

Municipales de Besançon : sondage ou divination ?

Lundi 20 janvier 2020 / Daniel Bordür

Combien de personnes parmi les 601 inscrites sur les listes électorales de Besançon qu'Ipsos a interrogées pour L'Est républicain et France Bleu ont répondu qu'elles voteraient pour une liste ? S'il y a autant d'abstentionnistes qu'en 2014 où ils avaient été plus de 47% au premier tour, la question est légitime : ils ne seraient que 315 sur 601 à voter… D'ailleurs, la fiche du sondage mentionne en petits caractères que les intentions de vote sont basées sur un échantillon de 300 personnes, avec une marge d'erreur faisant osciller l'écart entre 5,5 et 16,5%…

reportage

La députée Fannette Charvier privée de ses vœux

Samedi 18 janvier 2020 / Toufik-de-Planoise

Fannette Charvier, députée LREM du Doubs, devait présenter ses vœux ce samedi matin à l’école des beaux-arts de Besançon. Mais attendue de pied ferme par une centaine de manifestants qui bloquaient le site, la cérémonie a dû être annulée. Ce qui n’a pas empêché l’élue de venir au contact des « perturbateurs », instaurant tant bien que mal le dialogue.

Accès libre

point-de-vue

Rassemblement devant les prud’hommes contre l’affaiblissement de la juridiction

Vendredi 17 janvier 2020 / Guillaume Clerc

En pleine mobilisation contre la réforme des retraites, l’intersyndicale de Belfort avait appelé à un rassemblement devant le conseil des prud’hommes pour perturber l’audience de rentrée solennelle. La CGT et FO avaient décidé de ne pas participer à cette audience pour protester contre les suppressions de postes à venir, la complexification des requêtes, le plafonnement des indemnités, le recours accru au juge professionnel, etc. À terme, ils redoutent une « disparition pure et dure des conseils de prud’hommes. » Plus tôt dans l’après-midi, la CFDT avait obtenu la présidence, alors que la CGT la revendiquait.

reportage

Le mouvement social jurassien pleure Nathalie Pszola

Samedi 11 janvier 2020 / Daniel Bordür

Les rassemblements contre la réforme des retraites de Dole et Lons-le-Saunier étaient samedi 11 janvier empreints d'émotion et de tristesse après la disparition de la secrétaire de la FSU du Jura. Ses camarades lui ont rendu un hommage appuyé, dressant le portrait d'une femme à la personnalité hors du commun, disponible et d'une grande capacité de travail.

reportage

Manif modérée et blocage sulfureux à Besançon

Vendredi 10 janvier 2020 / Toufik-de-Planoise

Ils étaient environ 4000 à manifester ce 9 janvier contre la réforme des retraites à Besançon, un chiffre en légère baisse par rapport aux précédents rendez-vous du mois de décembre. Les participants gardent confiance, beaucoup de professions étaient encore représentées. Certains s’étaient donné rendez-vous après la manifestation pour une action de blocage fugace de la circulation vers Micropolis. Elle s’est soldée par 14 interpellations et 7 gardes à vue.

Accès libre

reportage

A Lons-le-Saunier, des Gilets jaunes contestent des contraventions

Jeudi 9 janvier 2020 / Daniel Bordür

Une trentaine de contraventions pour distribution d'imprimés aux automobilistes, entrave à la circulation ou « bruit ou tapage injurieux troublant la tranquillité d'autrui » ont été infligés à des manifestants en novembre et décembre. Quinze auditions sont programmées d'ici le 13 février. Un collectif dénonce une « répression policière ». On dénombre 2500 à 4000 manifestants dans le Jura ce 9 janvier où les voeux de la députée LREM Danièle Brûlebois ont été perturbés.

reportage

Besançon : syndicats et Gilets jaunes perturbent les vœux du maire

Jeudi 9 janvier 2020 / Toufik-de-Planoise

La semaine de reprise du mouvement social commence fort avec déjà plusieurs actions menées, dont la perturbation des vœux présentés mercredi soir par le maire de Besançon Jean-Louis Fousseret. Membres et proches de syndicats, Gilets jaunes et assemblée citoyenne, voulaient « marquer le coup » avant la manifestation du 9. Le Palais des sports a été envahi, mais la cérémonie a pu se tenir avec plus d’une heure de retard et sous bonne garde policière.

Accès libre

entretien

Retraites : « plus le temps passe, plus la population est avertie »

Mercredi 8 janvier 2020 / Daniel Bordür

A la veille de la première journée nationale de l'année contre le projet du gouvernement, le secrétaire départemental de la CGT du Jura Richard Dhivers sent parmi les militants « une volonté de ne pas laisser passer » la réforme. Son homologue de la FSU Nathalie Pszola a retrouvé à la rentrée des enseignants « avec une conscience plus aigüe de ce qui va se passer avec la réforme ». Reste que des salariés du privé ne sont pas mobilisés « à la hauteur de l'enjeu ». A la caisse de grève des cheminots s'est adjointe une caisse de grève des enseignants…

compte-rendu

Pas de trêve sociale pour Noël

Jeudi 26 décembre 2019 / Toufik-de-Planoise

La discussion était animée lors de l’assemblée générale du mercredi 18 décembre à Besançon, où syndicats, gilets jaunes et autonomes fixaient les objectifs et modalités du mouvement d’opposition à la réforme des retraites. Au cœur des débats, la poursuite des « hostilités » à Noël / Nouvel An alors que la prochaine mobilisation nationale est prévue le jeudi 9 janvier. Les plus téméraires ont tranché : passage à France 3, reprise du rond-point de Roche-lez-Beaupré, « invasion » d’un conseil visant la vente de Saint-Jacques, opérations péages gratuits, tractages, manifestations, protestations devant les grandes surfaces…

Accès libre