Le mythe de l’exemplarité de la peine de mort

C'était il y a quarante ans, plus d'une génération. Le 18 septembre 1981, par 363 voix contre 117, l'Assemblée nationale adoptait le projet de loi portant abolition de la peine de mort présenté, au nom du Gouvernement, par Robert Badinter, garde des Sceaux, ministre de la justice. Douze jours plus tard (30 septembre), le texte était voté dans les mêmes termes par le Sénat, par 160 voix contre 126. La loi fut promulguée le 9 octobre 1981.

Exécution d’Eugène Weidmann, Versailles, 1939 (dernière exécution publique)

Mort, la vie te guette 1

Depuis plus de deux siècles les « partisans » de la peine de mort ont toujours mis en avant l’argument d’une prétendue exemplarité – comportant un effet dissuasif – de l’application de la peine de mort. Examinons les faits...

Si l'on considère les 150 ans - 1826 à 1977 – de la période pour laquelle nous possédons des statistiques relativement sûres émanant du ministère de la Justice, on dénombre quelque 2 200 guillotinés pour crime de droit commun en France. Afin de tester l’hypothèse d’une corrélation, voire d’une éventuelle relation de cause à effet, entre peine de mort et mortalité de sang, nous avons dressé le tableau récapitulatif de ces guillotinés2, afin d'embrasser l'évolution de l'application de la peine de mort en France durant ces 150 ans. De la même façon, il nous a semblé intéressant de faire figurer, en regard de...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !