Passe sanitaire : premières luttes pour refuser les sanctions salariales

Collectifs de soignants prêts à en découdre devant les tribunaux à Bletterans, Lons-le-Saunier ou Trévenans, grève dans le médico-social à Revigny... Saisine des instances représentatives du personnel à l'Hygiène sociale du Doubs, dans plusieurs hôpitaux (Dole, Novillars...)... La journée nationale d'action pour mardi 14 septembre lancée par la CGT-Santé pour refuser les sanctions tente d'éviter le piège de la zizanie entre pro et anti vaccination.

Les premières sanctions pour non présentation du passe sanitaire sont tombées. Quelques salariés de l'Institut thérapeutique éducatif et pédagogique de Revigny, dépendant de l'ASMH, une association qui emploie 250 personnes dans une vingtaines d'établissements et services dans le Jura, ont vu leur contrat de travail suspendu ainsi que leur rémunération. Si certains ont fini par présenter un passe en règle au bout de deux jours, ce n'est pas le cas de tous.

Près de la moitié des 45 employés de l'ITEP, des travailleurs sociaux et de l'éducation spécialisée, suivent depuis lundi 6 septembre une grève réclamant la suspension des sanctions et une amélioration des conditions de travail qui passe notamment par des embauches sur les postes vacants. Certains ont repris le travail, mais la plupart devraient participer à la journée nationale programmée mardi 14 par la CGT du secteur santé et action sociale.

Défendant « la...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !