L’urgence sociale devant les prud’hommes de Lons-le-Saunier

L'une n'envisage pas de rester sans travail. Seule avec de grands enfants, l'autre ne sait « pas comment faire » et se dit « en insécurité psychologique ». Ces deux travailleuses sociales dont le contrat et le salaire ont été suspendus parce qu'elles ne sont pas vaccinées, espèrent que la juridiction les réintégrera le 2 novembre, comme l'ont déjà fait dans une autre affaire les prud'hommes de Saint-Brieuc, en attendant les nombreux mois nécessaires à l'examen d'une question prioritaire de constitutionnalité décidée par les prud'hommes de Troyes le 4 octobre. D'autres audiences sont annoncées à Besançon et Vesoul.

Me Stucklé dans la cour du tribunal : Si on me dit que je suis dans l'ancien monde et que depuis la loi du 5 août on peut sanctionner sans procédure, je peux jeter ma robe d'avocat... »

Une quarantaine de personnes sont dans la cour du tribunal des prud'hommes de Lons-le-Saunier ce jeudi 21 octobre. Elles sont venues soutenir le moral de Brigitte et Isabelle, deux travailleuses du secteur médico-social suspendues par leur employeur, l'APEI, pour ne pas avoir satisfait à l'obligation vaccinale. Parmi ces soutiens, des soignants de l'hôpital dont certains ont également été suspendus, décision contestée en référé devant le tribunal administratif qui les a déboutés, ce qui a conduit cinq d'entre eux à faire appel devant le Conseil d'Etat.

Salariées du secteur privé, Brigitte et Isabelle n'ont pas saisi le tribunal administratif mais le conseil des prud'hommes, en référé donc, pour que celui-ci examine l'urgence. Il examinera aussi le fond fin novembre. Et vendredi 29 octobre, c'est au tour des prud'hommes de Besançon d'examiner une affaire similaire, avant ceux de Vesoul le mois prochain.

Comme les...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !