Nail Yalcin : « les salariés de MBF Saint-Claude s’impatientent »

Le délégué CGT de la fonderie liquidée au début de l'été s'appuie sur la promesse de PSA de maintenir 30% des volumes, mais déplore que Renault envisage plutôt de passer commande via un intermédiaire. Pour redémarrer sous forme de SCOP avec 130 salariés, l'entreprise a besoin d'engagements.

Nail Yalcin

Où en êtes-vous à MBF ?

L'entreprise est liquidée... Il y a un projet de reprise par les salariés en SCOP. Une centaine sont intéressés par le projet, mais pour qu'il soit viable, il faut des volumes. On avait en juin un accord de principe avec PSA et Renault pour nous accompagner. Nous avons besoin d'être dans le secteur automobile et leur avons demandé de maintenir des volumes de commandes afin de maintenir 130 emplois. Mais la crise des semi-conducteurs, les projets de mobilité électrique, la baisse des ventes ont pesé... PSA propose 30% des volumes et Renault ne veut pas travailler en direct avec MBF, propose de nous mettre en sous-traitant de rand 2.

Pour quel intérêt ?

Ne pas avoir de responsabilité sociale en cas de difficulté... On n'est pas de cet avis. On a dit à Renault : on a les moules, on a les machines, on peut produire pour Pierre, Paul ou Jacques... Pour l'instant, les échanges ne débouchent pas. Avec les...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !