Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Culture

/ Daniel Bordür

Les journalistes régionaux que Factuel a interrogés sont quasi unanimes à critiquer l'article 24 de la proposition de loi pour la sécurité globale qui a été voté vendredi soir (notamment par les députés comtois Ian Boucard, Fannette Charvier, Marie-Christine Dalloz et Christophe Lejeune). Nos confrères se réjouissent de la décision de nombreux éditeurs de presse de refuser l'accréditation préalable par les préfectures pour couvrir des manifestations. Ils pointent aussi un contexte général dégradé de l'exercice du métier d'informer.   

/

Initialement publiée par Libération, cette tribune collective dénonce la proposition de loi liberticide « sécurité globale » qui arrive devant les députés ce mardi 17 novembre. Elle est signée par la Ligue des droits de l'homme, les syndicats de journalistes et de nombreuses personnalités. Factuel.info s'y associe.

Accès libre

/ La rédaction

Recul du chômage, recours en justice si un permis de construire est déposé pour une école aux Vaîtes, conférence post-confinement du préfet de région, de l'ARS et du recteur, port du masque obligatoire dans toute la Haute-Saône et marché de noël annulé à Montbéliard, controverse sur l'ouverture des commerces "non essentiels", coordination nationale de défense des services publics, MBF Aluminium en cessation de paiement, police municipale armée à Vesoul, pas d'équipes week-end à PSA Sochaux. Voilà une sélection d’événements qui se sont déroulés la semaine dernière dans la région.

Accès libre

/ La rédaction

Procès du PDG de Smoby pour détournement de fonds reporté, fin de grève à STPI à Sochaux, un an de prison et expulsion pour la famille de l'adolescente tondue et battue à Besançon, grosse enquête de Disclose sur Lactalis qui pointe deux sites en Franche-Comté, vente des activités nucléaires de General Electric. Voilà une sélection d’événements qui se sont déroulés la semaine dernière dans la région.

Accès libre

/ La rédaction

Lors d’une conférence que Factuel.info avait organisée en partenariat avec Radio BIP le 27 février, Raphaël Kempf, avocat pénaliste, était revenu sur l’histoire des lois scélérates adoptées en France en 1893 et 1894. Dans son ouvrage Ennemis d’État, les lois scélérates des anarchistes aux terroristes, il retrace les effets de ces lois adoptées après une vague d’attentats terroristes et qui visent, non pas les poseurs de bombes, mais la propagande, la liberté d’expression et celle de la presse. Nous avons retranscrit ces propos, qui résonnent d’une manière particulière aujourd’hui.

Accès libre

/ La rédaction

Une manifestation de soutien aux salariés de General Electric prévue le 24 octobre à Belfort : le gros dossier économique et social du moment met Emmanuel Macron sur la sellette. La CGT craint que la fusion de deux offices HLM du Jura entraine leur privatisation. Le calme revient aux Vaites, des Gens du voyage poursuivis pour vivre sur un terrain agricole, des baqueux de Vesoul poursuivis par le parquet pour violences relaxés par les juges…   

Accès libre

/ Danièle Secrétant

Il nous reste peut-être une dizaine d'années pour agir de façon drastique, si nous voulons sauver la planète qui nous porte, si nous voulons sauver l'Humanité. Dominique Bourg, philosophe, fait un retour sur les raisons historiques, sociales, politiques, économiques... qui nous conduisent à notre perte, à notre autodestruction. Il ne fait pas que constater. 35 propositions d'action élaborées avec 6 autres chercheurs nous sont faites. Dont beaucoup sont radicales, en réponse à la radicalité de la catastrophe annoncée.

/ Daniel Bordür

Le recours en urgence déposé devant le Conseil d'Etat à l'encontre du Schéma national du maintien de l'ordre du ministère de l'Intérieur est doublé d'une procédure au fond, visant son annulation. Le Syndicat national des journalistes et la Ligue des droits de l'homme pointent notamment le risque d'arbitraire policier à l'encontre de la presse, et invoquent la jurisprudence européenne. La CGT a également saisi la haute juridiction administrative.

Pages