Toufik de Planoise en appel : la version policière en question

L'ancien correspondant de Factuel a contesté la version policière de l'échauffourée en marge d'une manifestation de Gilets jaunes le 13 avril 2019. Plaidant la relaxe, son avocat s'est étonné qu'un enquêteur commente une garde à vue sur les réseaux sociaux, a souligné l' « interprétation erronée » des images par la police et le parquet, tout en s'inquiétant des atteintes à la liberté de la presse. Décision le 22 juin. EDIT 29/06 : Toufik-de-Planoise écope de 150€ d'amende (2 mois de sursis en 1ère instance).

Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées ce mardi 4 mai vers 13 heures 30 sur un petit coin de l'Esplanade des droits humains à Besançon. C'est l'heure à laquelle Toufik de Planoise est convoqué devant la Cour d'Appel qu'il a saisi car il n'accepte pas la condamnation à deux mois avec sursis infligée le 16 mars 2020 par le tribunal judiciaire pour violences en réunion.

« Vous avez un comité de soutien ? » lui demande le président presque cinq heures plus tard quand il comparaît enfin. « Des collègues, des amis... », répond le prévenu en hésitant un peu. Le magistrat veut le mettre à l'aise – « C'est tout à fait autorisé... » – avant d'entrer dans le vif du sujet : « Pourquoi avoir fait appel ? Vous contestez les faits ? La décision ? » Réponse : « je conteste ma culpabilité. Je suis là pour m'expliquer ».

On comprend dès lors que cette audience ne ressemblera pas...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !