SOS Loue et rivières comtoises ciblé par le préfet du Doubs et les syndicats agricoles

Après plusieurs gros titres de la presse nationale pointant les pollutions engendrées par le Comté, SOS Loue et rivières comtoises a été directement mis en cause par le préfet du Doubs et l’ensemble des syndicats agricoles, ce qui a provoqué des remous à la Confédération Paysanne. Accusé d’« agri-bashing » le collectif dénonce une tentative d’intimidation et revendique sa liberté d’alerter sur l’agonie des cours d’eau et d’en dénoncer toutes les causes, dont la principale. Malgré tous les efforts de la filière Comté.

Journalistes et Membre du collectif SOS LRC au bord du Doubs Franco-Suisse – Juin 2021 Photo : SOS Loue et rivières comtoises

Ici une vidéo d’un rejet marron et nauséabond d’une fromagerie qui se déverse dans un petit cours d’eau, là des épandages de lisiers à proximité d’une rivière, des images de poissons morts... Les exemples ne manquent malheureusement pas et fournissent beaucoup de matières à SOS Loue et rivières comtoises (SOS LRC) pour illustrer de façon implacable le dépérissement des cours d’eau, autrefois paradis des pêcheurs. Depuis quelque temps, le collectif a intensifié sa présence sur les réseaux sociaux et alerte sans relâche sur un phénomène qui ne fait que s’aggraver. Cet hiver a eu lieu la pire mortalité piscicole jamais enregistrée, une hécatombe pour les truites et les ombres.

Tout le monde a bien conscience du problème déjà ancien et de ses causes multifactorielles : réchauffement des eaux, traitement du bois, hydrocarbures des routes ou stations d’épurations, qui rejettent la moitié du phosphore que...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !