Adrien Nardin, un Communard franc-comtois, déporté en Nouvelle-Calédonie

Né à Voray-sur-l'Ognon en 1833 dans une famille partie en 1850 à Paris, il est manœuvre journalier quand il participe à l'insurrection et s'engage dans l'armée de la Commune. Privé de droits civiques, il est déporté lors d'un éprouvant périple en bateau de quatre mois qui emmène le cinquième convoi des proscrits à Nouméa. Il mourra quatre ans plus tard à l'hôpital...

L’Orne (d’autres navires de la même série font le même voyage : le Var, le Calvados…) Le périple dure quatre mois !

Cet article de l'historien François Lassus, a été écrit avec la participation efficace de Jean-Philippe Faille. Comme l'encadré qui suit sur Besançon et la Commune, il a initialement été publié par le Bulletin des Amis de la Maison du peuple et de la mémoire ouvrière de Besançon (n°116, avril 2021).

Il y a quelque temps, Jean-Philippe Faille m’interpellait : — « connais-tu Adrien Nardin : c’est un Communard natif de Voray ? » Ce nom, qu’il a lu dans un bulletin des Amis de la Commune de Paris, ne me disait rien, mais une brève recherche dans les archives du village confirmait la naissance, le 4 septembre 1833, d’Adrien fils de Claude-Louis Nardin, couvreur en bâtiment, et de Claire Marche. Deux filles du couple sont aussi nées à Voray, Catherine en 1831 et une enfant mort-née en 1837. La famille est de Rioz, restant apparemment parfois plusieurs années sur le lieu d’un chantier : en...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !