Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Ecole

/ Daniel Bordür

Une opération collège mort se tient lundi 14 mars à Vauvillers et Luxeuil en même temps que la discussion du projet au Conseil départemental. Dans le Doubs, c'est la carte scolaire du primaire qui provoque les mobilisations de parents et élus locaux.

/ Daniel Bordür

 L'école supérieure du professorat et de l'éducation de Besançon accueille Enfants juifs à Paris, 1939-1945, jusqu'au 6 février. Une dizaine de panneaux avec un document et un court texte font le tour de l'essentiel à savoir pour aborder ce sujet parfois difficile à évoquer devant de jeunes élèves.

/ Daniel Bordür

Le malaise est palpable à entendre les fonctionnaires décrire l'accroissement des contraintes de tous ordres sur leur travail. Une infirmière du CHU souligne que 40% des violences déclarées sont entre collègues. Les mutualisations à l'université et dans les collectivités, la réforme des collèges sont dans le collimateur des personnels, peu nombreux dans la rue.

/ Daniel Bordür

La maternelle est juste en dessous du seuil d'ouverture d'une cinquième classe, l'élémentaire a perdu de justesse sa septième classe... « On se bat depuis plusieurs années », expliquent les parents qui attendent de nouveaux élèves allophones. L'administration reste droite dans ses bottes. Une nouvelle action est annoncée vendredi 18.

/ Daniel Bordür

Les mesures de carte scolaire dans le premier degré ne passent pas toujours bien. Dans plusieurs écoles de villes ou de villages des mobilisations se préparent dans l'urgence car les élections ont différé l'annonce des fermetures... A Rivotte, l'inspecteur d'académie prévoit 134 enfants (on ferme une classe à moins de 135), mais le directeur de l'école 138 et la mairie 139...

Jean-Louis Fousseret, Barbara Romagnan, le 17 juin 2012.

/ Daniel Bordür

Le débat parlementaire sur le budget 2015 apporte les plus grandes craintes aux associations de maires. Le maire de Besançon Jean-Louis Fousseret met une éventuelle remise en cause de « choix politiques clairs » sur le dos du gouvernement...

Pages