La vie d’un village sous coronavirus

Après un week-end d’interrogations et de digestion des nouvelles de fermetures en cascade des établissements scolaires et de différents commerces, ce lundi matin était placé sous le signe de l’expectative. Enseignants et commerçants attendaient les instructions. Reportage à Clerval, une commune du Doubs de 1000 habitants.

À l’heure de l’ouverture des portes de l’école élémentaire ce lundi matin, aucun enfant n’était là. Jean-Claude Magnin, directeur de l’établissement, avait été prévenu que deux enfants seraient peut-être présents, leurs parents travaillant dans le domaine médical. Finalement, seuls trois enseignants étaient sur place. Même chose à l’école maternelle, où aucun enfant n’était là ni attendu. La directrice, Clotilde Fèvre, était seule dans l’établissement, et comptait rentrer chez elle l’après-midi. Quant au collège, aucun des 180 élèves ne s’était présenté non plus. Quelques professeurs et Philippe Clerc, le principal, préparaient le collège à recevoir éventuellement des enfants, mais surtout, travaillaient à organiser le service de « continuité pédagogique » demandé par le ministère.

« On a déjà un système numérique performant, donc ce n’est pas une difficulté pour nous »,...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !