Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Sécurité

Mercredi 18 mai 2016 / Daniel Bordür

Une cinquantaine de policiers se sont rassemblés devant la commissariat de Besançon pour dire leur « ras-le-bol de la haine anti-flic ». Leur mouvement montre surtout que les forces de l'ordre, dont les effectifs ont été rognés sous Sarkozy, sont épuisées par six mois d'un état d'urgence qui leur fait reporter leurs congés... Une trentaine d'étudiants rieurs, anti loi-travail, ont « protégé le droit de manifester des policiers ».

Pages