Sécurité : l’enterrement de la politique du chiffre

Le changement d'outils informatiques rend difficile l'interprétation des statistiques des « crimes et délits constatés » en 2014 qui viennent de sortir. Pendant que les violences physiques aux personnes semblent augmenter, les escroqueries et infractions économiques baisseraient... Quant aux pollutions, elles sont souvent classées sans suite après accord non public entre contrevenant et parquet...

securite-prefet-procureurs

Attention statistiques peu sûres ! C'est le préfet Stéphane Fratacci lui-même qui prévient, en ouvrant la conférence de presse sur l'activité des forces de l'ordre qu'il a donnée ce jeudi matin à Besançon : on ne peut faire dire n'importe quoi aux chiffres. Les changements d'outils informatiques, d'abord dans la gendarmerie, puis dans la police, mais aussi les changements de méthode, font que les chiffres sont peu fiables : « le système antérieur était déconnecté des systèmes juridique et opérationnel alors que maintenant on fait du temps réel : on a changé d'instrument de mesure », explique-t-il.

Et dire qu'on a pendant dix ans mené une « politique du chiffre » ! Mais passons.

Cette précaution du représentant de l'Etat vient compléter les avertissements figurant à chacune des 18 pages des rapports départementaux de L'Observatoire national de la délinquance et des réponses...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !