Salles de concert et festivals se démènent pour rallumer le son en 2021

Du Bœuf sur le Toit à Lons-le-Saunier aux Eurockéennes de Belfort, en passant par la Rodia de Besançon, Echo System à Scey-sur-Saône ou le Terminus à Morteau, des concerts résonnent en temps normal dans les quatre coins de la Franche-Comté. Mais dans les salles de musiques actuelles comme dans les festivals ou cafés-concerts, les notes de pop, rock, métal, rap, slam, électro tardent à se faire entendre depuis le début de la pandémie. Après les dernières réponses incomplètes du ministère de la Culture et dans un profond sentiment d’injustice, les organisateurs trépignent et se réinventent, prêts à accueillir de nouveau les artistes, les techniciens, mais surtout, le public.

Quand est-ce que le public pourra de nouveau assister à un concert debout ? Photo : Festival de la Paille / Jérôme Saillard

Le couperet est tombé ce jeudi 18 février, à la suite d’une rencontre entre les acteurs du spectacle musical et la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot. Si le ministère affirme vouloir « une saison de festivals » en 2021, il soumet celle-ci à deux paramètres, précisés dans un communiqué : « une jauge maximale de public de 5 000 spectateurs, avec distanciation, sur un même site et pour un même événement » et « des modalités d’accueil du public en configuration assise ». Ces deux paramètres pourront être révisés dans un sens ou dans un autre en cas d’amélioration ou de dégradation de la situation sanitaire. Rien sur les salles de musiques actuelles ni sur les cafés-concerts, pourtant désormais habitués à ajouter un bandeau « Annulé » ou « Reporté » sur leurs affiches. Les réponses apportées, très attendues, demeurent donc incomplètes et soumises à une grande incertitude. Le ministère le...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !