Marin Ledun : « mes romans ne sont pas des tracts »

Grand Prix du roman noir du festival du film policier de Beaune pour Les Visages écrasés, Marin Ledun était vendredi soir à la médiathèque Pierre-Bayle de Besançon pour une causerie sur la littérature...

Marin Ledun

Grand Prix du roman noir du festival du film policier de Beaune pour Les Visages écrasés, Marin Ledun était vendredi soir à la médiathèque Pierre-Bayle de Besançon pour une causerie sur la littérature avec une vingtaine d'auditeurs. En avant-première du festival Pas Serial s'abstenir, il dit sa conception de l'écriture. Ce livre parmi la dizaine qu'il a écrits, traite de la souffrance au travail à partir de sa propre expérience chez France Télécom. «Comme victime et comme acteur...». Mais attention, c'est bien de littérature dont il est question. Il explore la façon dont l'humain fait face aux situations, aux organisations managériales qui opèrent des «transformations sociales et des transformations individuelles, voire des transformations physiques : la souffrance au travail. Comment des mécanismes artificiels, des théories inventées ont un impact sur les suicides, des homicides dont on parle peu, ou tout...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !