Ludivine Bantigny : « le brassage social de Mai 68 »

Prof d'histoire contemporaine à l'université de Normandie, Ludivine Bantigny était mercredi 2 mai à Besançon pour une conférence autour de ses recherches dans les archives sur le mouvement qui marqua le pays il y a cinquante ans. La grève de la Rhodia en février-mars 1967 en était un signe précurseur...

bantigny

Elle a soutenu sa thèse d'histoire il y a quinze ans sur la jeunesse des années 1950-1960 et enseigne à l'université de Rouen. Elle a publié plusieurs ouvrages sur la société française contemporaine, la jeunesse, les identités politiques. Elle a coécrit l'an dernier Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ? et vient de sortir une grande enquête à partir d'archives : 1968, de grands soirs en petits matins. 

C'est ce dernier titre qui a valu à Ludivine Bantigny d'être mercredi 2 mai à Besançon l'invitée des Amis de l'Humanité pour une conférence suivie par une petite centaine de personnes dont de nombreux acteurs des événements d'il y a cinquante ans. Elle côtoie également le sociologue bisontin, enseignant à l'université de Dijon, Georges Ubbliali, au sein du comité de rédaction de la revue Dissidences qui étudie les mouvements révolutionnaires et les gauches radicales (ici et là) qu'elle a un temps accompagnée. Ce...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !