Jean-Paul Bruckert : « l’histoire sert à comprendre, la mémoire à vivre »

L'historien ouvre mardi 4 novembre les rencontres avec une conférence intitulée « l'Algérie coloniale, 1830-1962 »

L'historien Jean-Paul Bruckert ouvre ce mardi 4 novembre les rencontres avec une conférence intitulée l'Algérie coloniale 1830-1962, dans l'après-midi pour des élèves du lycée Louis-Pergaud de Besançon, en soirée salle Battant. Son exposé consiste en « une peinture de la société coloniale montrant comment, pas à pas, cela ne pouvait déboucher que sur une explosion ».

Y a-t-il eu des moments où l'on pouvait l'éviter ?

Il y a eu des tentatives, mais à chaque fois il y a eu blocage sur deux problèmes de fond : le développement des institutions et l'émigration. Dans les deux cas, les Européens d'Algérie ont eu peur que cela active la concurrence avec eux. L'émigration pouvait par exemple conduire à une augmentation des salaires. Le développement des institutions coûtait aussi, mais on l'a fait, par exemple avec De Gaulle en multipliant par quatre le nombre d'élèves. Quand des gouverneurs...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !