Une cérémonie complexe et envoûtante

Jeudi soir au Théâtre de Besançon. La jeune fille et la mort : une chorégraphie de Thomas Lebrun sur la musique de Schubert interprétée par le Quatuor Voce et Benjamin Alunni (baryton).

Morts passés ou en devenir, tous les morts et toutes leurs morts, tous leurs états et toutes leurs tentatives. Trois hommes nus sous la dent d’un animal puis costumés et soucieux de leur élégance, trois femmes chaussées de hauts et fins talons puis pieds nus et veste tombée, et la jeune fille, d’abord sobre dans son jean noir puis débridée dans sa nuisette de soie, noire, les musiciens, le chanteur, les danseurs tous vêtus de noir sur un plateau tout blanc, réunis là pour une cérémonie complexe et envoûtante, le long déploiement de l’inéluctable avec ses répétitions et ses inattendus, un ballet subtil et poignant où la mort n’est pas où on l’attend, elle est juste partout, tout le temps.La musique de Schubert tisse les rencontres et organise les chocs, le chant ouvre et referme l’histoire. Sept danseurs, trois hommes et trois femmes, un par jour du compte à rebours et le septième c’est elle, le repos éternel. Une...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !