Refaire le monde après Fukushima

« Le mot énergie m'énerve... Les enfants parlent de points, les professeurs d'argent, la société d'énergie. C'est du langage de camé ! Il faut arrêter de se demander par quoi on va remplacer le nucléaire. On arrête et on verra. » Alain de Halleux ne fait pas que des films sur le nucléaire, c'est aussi un militant et un débatteur. Il était mercredi à Besançon pour la première projection française de Welcome to Fukushima.

alaindehailleux
Un homme sur un cheval. Il porte une cuirasse, symbole de la célèbre fête des samouraïs qui rassemblait chaque année depuis mille ans toute la ville de Minamisoma.La caméra s’approche et fixe quelques secondes son regard inquiet. Autour de lui, une ville fantôme. Une atmosphère pesante. Le vide. Ce qu’on appelle le bord de la zone interdite. Ainsi commence Welcome to FukushimaLire l'article de Michèle Tatu sur le film

« Le mot énergie m'énerve... Les enfants parlent de points, les professeurs d'argent, la société d'énergie. C'est du langage de camé ! Il faut arrêter de se demander par quoi on va remplacer le nucléaire. On arrête et on verra. » Alain de Halleux ne fait pas que des films sur le nucléaire et ses dégâts collatéraux, c'est aussi un militant et un débatteur. Mercredi soir au Foyer de jeunes travailleurs Les Oiseaux de Besançon, la discussion a été longue avec le public de la première...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !