« On est trop petit pour que ça les intéresse »

Le festival de caves se tient du 1er mai au 26 juin et ne présente que des créations dans 75 villes... Guillaume Dujardin explique en quoi ces toutes petites formes permettent l'audace artistique tandis que le rituel de la réservation et du rendez-vous individuel avec les spectateurs conditionne la qualité d'écoute.

guillaumedujardin

Le Festival de caves a dix ans. Trente huit spectacles sont joués du 1er mai au 26 juin dans 75 villes. C'est un peu moins que l'an dernier, c'est surtout beaucoup plus qu'aux débuts bisontins... Mais l'important n'est pas là. Il réside dans un tout autre rapport entre artistes et public. Entretien à bâtons rompus avec son fondateur et directeur, le metteur en scène Guillaume Dujardin. Il a lieu à Besançon, dans l'ancienne chapelle sous-louée à l'association Scenacle qui la loue à Habitat-25, juste là où le Théâtre Bacchus a longtemps eu ses quartiers...

Vous avez un lieu ?

Beaucoup de compagnies n'ont pas de lieu. Ce n'est pas leur vocation de gérer des lieux. Une compagnie a une vocation artistique : être nomade...

Cela remet en cause ce que peut être un Centre Dramatique National qui gère un lieu, l'anime, y créé...

J'ai fait ma thèse là-dessus ! Un CDN, c'est une compagnie...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !