« On a touché un tabou de la république »

Factuel a réuni deux protagonistes de l'affaire des comités de soldats, Gérard Jussiaux, alors secrétaire permanent de l'union locale CFDT, et Henri Lombardi, universitaire et responsable d'une petite formation gauchiste, Révolution. Leurs propos distanciés éclairent l'ambiance d'une époque.

Gérard Jussiaux et Henri Lombardi, l'un était secrétaire de l'union locale CFDT, l'autre responsable d'un petit groupe maoïste... Photos D.B.

Quels souvenirs avez-vous, Henri Lombardi de votre interpellation, Gérard Jussiaux de votre arrestation ?

Henri Lombardi : Je militais à Révolution, un mouvement maoiste-trotskyste. On avait un comité de lutte anti-militariste qui fonctionnait bien à Salins-les-Bains... Il y avait un mouvement de révolte très fort dans la jeunesse. Il y avait aussi un CLAM à Besançon, qui soutenait les comités de soldats clandestins. On était entré à la CFDT pour prendre la parole dans les AG... Je me rappelle avoir distribué des tracts devant la gare. Un soldat avait essayé de m'attraper et avait arraché ma veste. J'ai été convoqué par les gendarmes qui me l'ont rendue...

Gérard Jussiaux : J'ai été arrêté le 3 décembre. Ce qui a déclenché la vague d'arrestations, c'est la saisie de la cour de sûreté de l'État par le gouvernement. Le juge Gallu avait mandaté la police judiciaire pour voir si elle pouvait trouver des éléments relatifs à...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !