Méthanisation agricole : une ruée vers le gaz « vert » qui divise

En Franche-Comté comme dans toute la France, de nombreux agriculteurs transforment leurs déchets agricoles en biogaz. Une façon pour eux de se diversifier, de produire une énergie « recyclable » et « locale » et d’avoir un revenu supplémentaire et stable. Mais face à la multiplication de projets de plus en plus grands et qui se rapprochent des agglomérations pour se brancher directement au réseau de gaz de ville, certains riverains et militants se montrent sceptiques et dénoncent un gaz pas si vert que cela.

p1170104

Entre Courbefontaine et Augicourt, légèrement excentrés de la route principale, les quatre dômes dominent les champs alentour. Cette toute nouvelle unité de méthanisation haut-saônoise est l’une des plus grandes de Franche-Comté. Depuis septembre 2020, elle produit du biométhane à partir d’effluents d’élevages et de résidus de culture céréalière qui est directement injecté dans les gazoducs qui passent à deux kilomètres. La transformation s’opère à l’intérieur d’énormes cuves chauffées, les digesteurs, grâce à l’action des bactéries que renferment les « déchets ».

La production de ce « biogaz » est également un « moyen de se diversifier, car on ne sait pas trop où on va avec la production de lait », relèvent Maxime Sirodot et Nicolas Mariotte, deux des huit agriculteurs associés dans l’entreprise Augigaz. En revendant leur méthane, ils s’assurent un revenu stable...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !