Les derniers jours de la Rhodia immortalisés

L'artiste Marion Chombart de Lauwe pose un regard sur les derniers jours de l'ancienne usine de la Rhodiacéta. Avec des dessins, des gravures et des éléments récupérés sur les lieux, les visiteurs sont invités à (re)découvrir « un instant fragile entre deux instants stables ». Jusqu'au 28 juin à la Maison de l'Architecture de Besançon.

 

rodia4_0

L'ancienne usine de la Rhodiacéta, emblématique de Besançon, terminait sa déconstruction en janvier dernier. L'artiste Marion Chombart de Lauwe permet cependant, par ses gravures et dessins, de revoir les derniers jours des bâtiments, « un instant fragile entre deux instants stables ».

Celle-ci travaille principalement avec la gravure laser, et utilise différents supports et matières : le papier évidemment, mais aussi métal, bois, plinthes, des éléments parfois récupérés sur les lieux même dont elle tâche de capter la métamorphose.

Sur l'un des présentoirs de l'exposition, à la manière d'un diptyque mais possédant bien plus de deux faces, un carnet à dessins en accordéon permet de « faire le tour » des bâtiments, à différents moment de la destruction, des premiers échafaudages jusqu'à ce que la Rhodia soit complètement au sol.

Les dessins proposent également plusieurs points de vue sur la Rhodia,...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !