Le comité Maurice Audin de Besançon fut l’un des premiers de France

La petite université bisontine fut un foyer de résistance à la guerre d'Algérie. Les militants rencontrèrent des manifestations d'hostilité, dont celle du maire socialiste Jean Minjoz qui tenta d'interdire une conférence d'un journaliste de Témoignage Chrétien qui témoignait de la torture...

audin

L'assassinat de Maurice Audin, en juin 1957, eut un retentissement important dans le monde enseignant et dans la petite communauté universitaire bisontine qui comptait à l'époque environ 2000 étudiants, dix fois moins qu'aujourd'hui. Ce meurtre longtemps camouflé en disparition à la suite d'une évasion, fait monter de plusieurs crans le refus de la guerre d'Algérie par les mondes enseignants et universitaires, la mobilisation de leurs syndicats, parallèle à celle du mouvement ouvrier avec la CGT, de pans entiers de la CFTC puis FO...

Dans la foulée de la création, en novembre 1957 à Paris, du Comité pour la recherche de Maurice Audin, s'en créait un second début 1958 à Caen sous l'impulsion de l'historien Pierre Vidal-Naquet. Puis rapidement plusieurs autres dont un à Besançon, présidé par le doyen de la fac de sciences, François Châtelet, fils du président du comité national, le mathématicien Albert Châtelet. Ce dernier fut en décembre 1958...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !