La coquette trompée de Dauvergne : juste une mignardise

Isabelle Poulenard domine la distribution vocale. Laurent Le Chenadec (basson), Violaine Cochard (clavecin) et Heloïse Gaillard (flûtes, hautbois) de l'Ensemble Amaryllis affichent une belle complicité.

La Coquette trompée de Dauvergne par l'Ensemble Amaryllis

Trois chanteurs, une dizaine de musiciens et une toute petite demi-salle étaient réunis ce mardi soir pour redécouvrir l’ouvrage d’Antoine Dauvergne accommodé et complété par le compositeur Gérard Pesson et l’écrivain Pierre Alferi.

L’opéra comique de Dauvergne sur un texte de Charles Simon Favart est une illustration assez banale du thème du travestissement. Florisse, déguisée en homme, séduit Clarisse au grand désespoir, très passager d’ailleurs, de Damon.

Le timbre et la déclamation d'Isabelle Poulenard

Isabelle Poulenard, beau timbre et déclamation parfaite, domine de loin la distribution vocale. Laurent Le Chenadec, au basson, Violaine Cochard au clavecin et Heloïse Gaillard aux flûtes et au hautbois, emmènent un ensemble Amaryllis qui affiche une belle complicité.

L'Opéra comique La Coquette trompée de Dauvergne (1753), complétée d'un prolongue,...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !