« Je ne reproduis pas la réalité, mais l’émotion d’un moment »

Camille DuDoubs expose à Besançon quelques uns des clichés de sa courte et fulgurante carrière de photographe. Plusieurs années après avoir abandonné le théâtre, il s'est mis il y a trois ans au reportage social ou culturel, architectural ou contemplatif, avec un beau talent.

Camille DuDoubs, posant devant Fenêtre sur cour. (Photos DB)

J'ai connu Camille DuDoubs dans une vie antérieure. Il était acteur, metteur en scène, directeur de jeu. Des années plus tard, le voilà photographe. Avec un talent fou, un regard, un point de vue. D'une génération d'avant la photographie numérique, Camille DuDoubs n'a pourtant pas connu l'argentique, les joies de la chambre noire, ses mystères chimiques. Mais il en a découvert d'autres, via les technologies numériques sans lesquelles il ne serait sans doute pas venu à la photo.

Une large part de sa production est sur son site, avec un étonnant diaporama de reportages sur plusieurs manifestations contre la loi Travail. C'est une galerie charnelle de têtes dures, de portraits, de portraits de groupes, de sourires, ceux d'un peuple de gauche fier et en colère. Un autre montre le lent montage du chapiteau du cirque Circasismic à Besançon, de l'effort solitaire ou partagé, des gestes qu'on devine techniques et précis, de la tension des muscles et des...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !