Fabrice Lançon et les treize chansons exhumées

Elles ont été publiées entre 1896 et 1910, chantées pour certaines dans les guinguettes dès 1830 et les manifestations ouvrières du Haut-Jura.

fab-lancon

Le peuple est vieux, aussi vieux que le mondeA ses côtés souffle un vent généreux,Mais l’ignorance est chez lui trop profonde, Et c’est pourquoi le peuple est malheureux.…Debout, debout, peuple, c’est toi la force…

Dimanche 19 octobre, à Saint-Claude, au café de La Maison du Peuple, La Fraternelle, Fabrice Lançon fêtait et chantait la sortie du deuxième volume de Chansons de mémoires ouvrières, dont ce premier texte de Charles d'Avray. Ce fut un grand moment, à la hauteur des traditions de cette petite ville qui a connu et pratiqué la belle idée des coopératives ouvrières. Il y avait du monde, et du beau monde !

Parmi ceux qui racontent cette histoire d’humanité et de fraternité, des archivistes de la mémoire, des forts en gueule au langage truculent, des amoureux du mot, des adeptes de la phrase bien tournée, des susceptibles qui se fâchent tout rouge...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !