Deux maires anti-pesticides devant la justice

Comme partout en France, plusieurs communes franc-comtoises ont pris des arrêtés pour limiter ou interdire l’usage de produits phytosanitaires sur leur territoire. Jeudi 14 novembre, il n’y avait pas un maire devant la justice à Besançon, mais deux. Emmanuel Cretin de Nans-sous-Sainte-Anne, qui a bénéficié du soutien d’une centaine de personnes et Michel Piernavieja de St-Julien-lès-Montbéliard, seul devant le tribunal administratif pour défendre son arrêté attaqué par la préfecture.

taglypho

Des habitants de Nans-sous-Sainte-Anne, des membres de la Confédération paysanne, des militants du mouvement « Nous voulons des Coquelicots » et quelques « pisseurs de glyphosate », ces citoyens qui ont porté plainte contre Monsanto après avoir fait des tests révélant des taux inquiétants de cet herbicide dans leurs urines. Une centaine de personnes s’était mobilisée ce jeudi après-midi devant le tribunal administratif de Besançon, pour soutenir Emmanuel Cretin, le maire de Nans-sous-Sainte-Anne, et le bien-fondé devant la justice de son arrêté qui interdit tous les pesticides sur sa commune. Au centre de l’attention, écharpe tricolore en bandoulière, le maire salue ses soutiens.

Il est convoqué devant le tribunal pour un arrêté municipal pris le 1er octobre dernier, « à l’unanimité du Conseil », souligne-t-il, et qui interdit l’utilisation de tout produit phytosanitaire sur l’ensemble de la commune. Cette...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !