Ces fromages AOC qui résistent à la mondialisation

« Ce serait une tout autre approche de la mondialisation si le principe des appellations d'origine se généralisait », estime Jean-Charles Arnaud, patron de Juraflore et président du comité des produits laitiers, alimentaires et forestiers de l'INAO.

Jean-Charles Arnaud 24 janvier 2013

Affineur de comté à Poligny, président de l'un des deux comités nationaux de l'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO), celui des produits laitiers, agroalimentaires et forestiers (l'autre est celui des vins), M. Arnaud tenait vendredi soir une conférence au centre diocésain de Besançon à l'invitation de l'Ecole Nationale de l'Industrie Laitière de Mamirolle-Poligny. Bien entendu, il a loué la filière comté, son organisation et ses effets sur l'économie de la région, les 3.000 exploitations agricoles, 160 fruitières et 15 maisons d'affinage qui concourent à sa réussite. « Le cahier des charges du comté avec celui du beaufort (dont la production est presque dix fois moindre) font référence à l'échelle internationale. »L'activité humaine, le terroir et le produit sont le triptyque indispensable à la reconnaissance d'un produit agricole brut ou transformé en tant que produit...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !