Bien urbain : en attendant la ville utopique…

Le festival des arts dans l'espace urbain s'achève les 7 et 8 juillet avec la construction collective puis la destruction festive d'un arc de triomphe en cartons à Besançon. Mais depuis le 8 juin et une exposition en hommage à Bilal Berreni/Zoo Project (photo), tout n'aura pas été aussi éphémère... Quoique.

bu4

Comment traiter de Bien Urbain ? Comment parler d'une manifestation culturelle bisontine qui depuis quelques années, à bas bruit, modifie par petites touches l'environnement visuel ? Donc la perception de la ville. Comment rendre comte d'un événement programmé sur un mois mais qui continue au-delà à laisser des empreintes sur les murs et dans les esprits ? Comment considérer les interventions de quinze artistes dont les noms ne nous disent rien mais qui sont parfois internationalement (re)connus sur ce qu'il est convenu d'appeler des scènes ?

Dans l'édito du programme du festival, David Demougeot, son directeur artistique, souligne « l'irrévérence du graffiti » utilisée par le créateur américain installé à Berlin de sculptures éphémères Brad Downey pour qui « art is not enough ». C'est lui qui a choisi les artistes invités. David Demougeot insiste sur la crise de la démocratie, sur « l'ambiance actuelle qui transforme toute pratique à la...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !