Université : le conseil de discipline pourrait ne pas être saisi

« Ce n'est pas bon que ceux qui ont des revendications syndicales aient peur d'une garde-à-vue », explique le recteur Jean-François Chanet qui a accueilli au rectorat lundi matin le conseil d'administration de l'université de Franche-Comté. Dans l'entretien qu'il a accordé à Factuel, il joue l'apaisement. Le 14 février, Jacques Bahi a refusé de parler aux étudiants qui ont investi le CA, alors que la police le lui a demandé.

mshe3

Selon des informations concordantes, le directeur départemental de la sécurité publique, Benoît Desferet, a demandé lors de l'occupation du conseil d'administration de l'université du 14 février, au président Jacques Bahi, qui n'était pas dans la salle au moment de l'irruption des 19 militants, d'aller discuter avec eux. Interrogé sur ce point, Benoît Desferet ne confirme ni ne dément : « je ne vous répondrai pas ». L'information est cependant parvenue aux oreilles du recteur Jean-François Chanet.

Ceci étant, à entendre d'anciens administrateurs de l'université, l'actuel titulaire du poste a commis plus qu'une erreur, non seulement en ne discutant pas avec les « envahisseurs », mais aussi en faisant intervenir la police. Jean-François Robert, qui était président en 1986, se souvient d'avoir eu à faire face à une contestation étudiante avec envahissement du siège du CA. « On recevait toujours une délégation pour écouter ce qu'ils avaient à...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !