Pollution des rivières comtoises : « tout mettre sur la table, analyser, agir »

Hydrogéologue féru de spéléologie, Pascal Reilé estime peu probants la multiplication des études et le recours aux seules connaissances théoriques. Il propose un travail collectif sur les nombreuses études réalisées et la participation des « compétences locales ».

Pascal Reilé

La Franche-Comté est un paradis pour les spéléologues. Elle compte environ 9.000 cavités dont 6.000 dans le Doubs, inventoriées par les membres du comité départemental de spéléologie. Cela signifie qu'elles ont été découvertes, visitées, géo-référencées et topographiées par leurs soins... Ce travail a été réalisé par le Groupe pour l'inventaire, la protection et l'étude du karst du massif jurassien, le Gipek.

Durant leurs travaux ou sorties, ces amoureux des mondes souterrains sont au contact de nombreuses pollutions, qu’elles soient urbaines - « de la serviette hygiénique aux excréments qui vous tombent dessus » -, agricoles avec « des boyaux où l’on patauge dans le lisier », ou industrielles « avec des cavités où planent des odeurs de solvants, sans parler des surfaces argileuses aux couleurs étonnantes allant du bleu au jaune...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !