Lait : le mauvais exemple suisse

La fin des quotas, programmée pour 2015 dans l'Union européenne, est réalité depuis 2006 pour les 25.000 producteurs helvétiques. Ils expérimentaient depuis 1987 le découplage des prix et des revenus, et leur rémunération avait chuté de 1,07 à 0,70 franc suisse (CHF) par litre en 2006.

Le silence est teinté d'effroi. Daniel Geiser, paysan près d'Yverdon, est l'un des 1.400 adhérents de la coopérative Prolait qui collecte 7 % du lait suisse et livre 62 fromageries à gruyère, soit une sur trois du roi des fromages helvétiques. En décembre 2011, il a présenté à l'assemblée générale de la fédération des coopératives laitières du Doubs, la situation économique et sociale des producteurs de lait suisses. Et elle n'est pas brillante.La fin des quotas, programmée pour 2015 dans l'Union européenne, est réalité depuis 2006 pour les 25.000 producteurs helvétiques. Ils expérimentaient depuis 1987 le découplage des prix et des revenus, et leur rémunération avait chuté de 1,07 à 0,70 franc suisse (CHF) par litre en 2006. Une brève spéculation sur les prix les avait vu remonter quelques mois à 0,76 CHF, mais c'était pour mieux plonger dans la foulée, à 0,63 CHF fin 2010, moins pour le lait frais.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !