Alstom-Belfort : coup de tonnerre sur l’industrie ferroviaire

L'annonce de la fermeture du site belfortain, entraînant 400 suppressions d'emplois d'ici deux ans, met les salariés en colère et consterne les élus. Le délégué syndical central FO, qui travaille à Ornans, explique que les intérimaires sont remerciés depuis quelques mois : « on pressentait des choses, mais on ne pensait pas que ça irait aussi vite ».

alstom

Alors même qu'Alstom publiait un communiqué commun avec la SNCF pour évoquer un partenariat d'innovation pour créer la nouvelle génération de TGV », la direction annonçait à 13 heures ce mercredi 7 septembre aux organisations syndicales qu'elle allait fermer l'usine historique de Belfort.

Philippe Pillot (FO) : « la fusion des régions a coupé le robinet »

Délégué syndical central FO d'Alstom-Transport, Philippe Pillot est salarié du site d'Ornans.Comment prenez-vous cette annonce ?C'est quelque chose qu'on pressentait. Depuis que Belfort avait livré les dernières motrices kazhaks fin mars, il n'avait plus que des motrices TGV et des locos suisses à faire. Les 44 locos Akiem nous sont passées sous le nez. Fin juin Bombardier a eu une commande que nous espérions. La direction avait laissé entendre que sans ces commandes, il se passerait quelque chose à Belfort, mais on ne pensait pas que ça irait aussi vite.Maintenir une activité de commandes avec...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !