Vers un avenir sans General Electric à Belfort ?

Après le plan social de la branche turbines à gaz, General Electric vient d’annoncer la suppression de l’entité Hydro à Belfort. Des emplois seront aussi supprimés dans la branche Steam, celle des turbines à vapeur. Alors que plus grand monde ne croit aux promesses du géant américain, l’idée de réorganiser l’industrie belfortaine sans General Electric fait son chemin.

img_0582

Gaz, Hydro, Steam. Toutes les branches de General Electric en activité à Belfort étaient représentées à la marche funèbre des salariés, symbolisant la mort de l’avenir industriel de la ville, et organisée ce jeudi par l’intersyndicale. Car près d’un an après le plan social qui a amputé la branche turbines à gaz de près d’un tiers de ses effectifs, soit 485 suppressions d’emploi, c’est maintenant la présence même de General Electric dans le nord Franche-Comté qui est remise en cause par le groupe.

La direction de General Electric a présenté au personnel lundi 21 septembre son plan social qui prévoit la disparition des postes des 89 personnes qui composent la branche Hydro à Belfort. Le même jour, un mail de Russel Stokes, patron de la division énergie monde de General Electric, annonçait le retrait de General Electric du marché des centrales à charbon. Cette fois, c’est la branche Steam en Europe qui sera...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement connectez-vous

Si vous ne possédez pas d'abonnement:

N'hésitez plus, Abonnez-vous !

Pourquoi Factuel.info est payant ?

  1. C'est un journal indépendant des pouvoirs économiques, financiers et politiques
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif en savoir plus

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !