Une journée à Paris avec les MBF de Saint-Claude

Après une journée d’action le 6 avril devant le siège social de Stellantis (ex-PSA) à Sochaux, une centaine de salariés de la fonderie MBF, en grève depuis le 31 mars, est montée à la capitale ce jeudi afin de se faire entendre. Au programme : mobilisation devant le siège social de Renault, accusé avec PSA de ne pas respecter ses engagements de commandes, rendez-vous à l’Assemblée nationale puis au ministère de l’Économie à Bercy. Récit d’une journée de lutte, d’attente et d’espoir alors que 220 emplois sont menacés par une potentielle fermeture du site.

3 h 17

« Les bus ont décollé de Saint-Claude »

Devant ma tasse de café, je lis le message de Nail Yalcin, délégué CGT de MBF. Le café transvasé dans un thermos, je me mets en route, direction le péage de Bersaillin.

4 h 30

Deux bus s’arrêtent au péage jurassien. Je descends de ma voiture, traverse une pelouse givrée, et me présente aux chauffeurs. « Vous êtes la journaliste ? Montez dans le bus derrière, il y a un peu moins de monde, » me propose l’un d’eux. Je monte dans un car de salariés endormis, à la recherche d’une place. J’en trouve une tout au fond, murmure quelques salutations, et tâche de me rendormir.

6 h 20

Dans le bus, on dort, on regarde des courses de F1, on écoute de la musique ou on débat sur la pertinence de la climatisation. La plupart des salariés sont en bleus de travail floqués...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !