Un débat décrié, mais des attentes urgentes

À Lure, le débat consacré à l’organisation des services publics aura donné lieu à des échanges intéressants. Mais il n’y a presque que le député LREM Christophe Lejeune présent dans la salle pour adhérer à la démarche du grand débat national. Cette méfiance n’a pas empêché les autres participants d’exposer leur colère et le sentiment d’abandon qu’ils ressentent. Et presque tous préviennent dans une atmosphère parfois lourde : le retour de flamme risque d’être terrible si des réponses concrètes n’émergent pas rapidement.

img_7969

« Y participer de manière loyale, mais sans illusion ». En introduisant l’édition luronne du Grand débat national consacré à l’organisation des services publics, Éric Houlley, maire de Lure et vice-président en charge de la cohésion territoriale à la région Bourgogne-Franche-Comté, ne mâche pas ses mots. « Cette démarche apparaît avoir des finalités ambiguës et j’émets quelques doutes méthodologiques, mais notre devoir est de la faciliter. Il ne faut jamais récuser les débats publics et l’échange d’idées ». Le ton est donné d’entrée ce 11 mars au débat organisé par l’association des maires ruraux de France. En guise de présentateur, Bruno Leprat, journaliste et « animateur de débats professionnel », qui donnera à ce temps d’échange un air de talk-show télévisé.

L’intervenant suivant n’est pas inconnu ici. Michel Antony, du Comité de vigilance pour le maintien des services publics de proximité de Lure et Luxeuil,...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !