Occupation du CA de l’Université de Franche-Comté : quatre condamnations et trois relaxes

Cinq des sept étudiants poursuivis pour dégradation, rébellion, violence, voire séquestration après une action contre la sélection en master le 14 février 2017, ont comparu le 18 juillet devant le tribunal correctionnel de Besançon après avoir refusé de plaider coupable en composition pénale, ce que six autres avaient accepté. L'audience a montré les contradictions et la fragilité du dossier d'accusation. La défense a plaidé la relaxe. Le jugement rendu le 27 juillet va plus loin que les réquisitions du parquet pour les plus impliqués.

caufc

Ils sont cinq étudiants à la barre du tribunal de grande instance de Besançon ce mercredi 18 juillet. Quatre garçons en bermuda ou en short, et une fille. Ils étudient la linguistique, la sociologie et l'anthropologie, la philo ou l'allemand, exercent des petits boulots et sont pour la plupart boursiers. Ils devaient être sept, mais deux sont absents. L'un, Pablo Boucard, élu de l'AMEB-Solidaires-Etudiants au conseil d'administration de l'Université, en année Erasmus en Espagne, n'a pas reçu la convocation...

Ils sont cités à comparaître par le parquet après avoir refusé, lors d'une audience de composition pénale, de reconnaître leur culpabilité pour, selon les dossiers individuels, dégradation, séquestration, rébellion ou violence lors de l'occupation du conseil d'administration de l'université de Franche-Comté le 14 février 2017. Deux jeunes filles mineures sont également dans ce cas et relèvent du tribunal pour enfants.

Neuf autres...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !