La bio à l’épreuve du marché de masse

L'irrésistible ascension de l'agriculture bio génère des questions fondamentales : comment concilier éthique et généralisation du bio ? Comment différencier productions paysannes et industrielles qui partagent le même label ? Comment répondre aux objectifs de la région Bourgogne Franche-Comté qui veut 50 % de produits locaux dont 20% bio dans les cantines des lycées en 2021 ? Les professionnels sont en plein débat, notamment avec Biocoop. Illustrations avec les AG du GAB du Jura et de la filière régionale Interbio.

ec_organic_211_big

« Les années passent et se ressemblent, le tableau reste le même. Certains attendent encore les aides PAC Bio dont notamment les avances de trésorerie, d’autres se posent la question de savoir s’ils doivent céder aux sirènes des grands groupes proposant des contrats alléchants. Sur ce dernier point, le département est relativement épargné, mais pour combien de temps ? », s’interroge Vincent Guillemin, céréalier à Peseux dans le nord du Jura et président sortant du Groupement des agriculteurs biologiques jurassiens (GAB 39) lors de son assemblée générale tenue à Salins-les-Bains le 21 mars dernier.

La question du changement d’échelle de la bio était centrale dans la discussion organisée ce jour par le GAB 39, qui avait invité deux intervenants. Guillaume Rioux, polyculteur-éleveur à Marigny dans les Deux-Sèvres et président de la FNAB (qui fédère les GAB au niveau national), et Jérôme Berthault, gérant de la...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !