« Immunité diplomatique » du lynx et marasme chez les éleveurs de moutons

L'assemblée générale du Syndicat ovin franc-comtois se tenait à Vesoul ce jour. Les éleveurs de la région, dont le cheptel est au 19ème rang français, se vivent comme les parents pauvres de l'agriculture en dépit d'une reconnaissance écologique de leur activité.

moutons_2_70

« Les débuts de l'année sont inquiétants, ne mâchons pas nos mots. » Raphaël Farrugia, éleveur à Bonnefontaine dans le Jura et président du Syndicat ovin franc-comtois ne cherche pas à minimiser les difficultés. Mais devant les rangs clairsemés de l'assemblée générale de son organisation à Vesoul, il ne se résigne pas : « notre beau métier a de l'avenir car il y aura de plus en plus de consommateurs dans le monde, pour moins de terres agricoles et moins d'agriculteurs. » Selon lui, l'équation ne peut qu'« aller en faveur des éleveurs ovins ». Elle est complexe sans doute. Raphaël Farugia souligne donc qu'après une revalorisation des aides à l'élevage ovin en 2010, les éleveurs se trouvent à nouveau dans une situation de fragilité. Toutes les charges sont à la hausse « notamment le prix des aliments qui a triplé depuis 2007. » Le prix de l'agneau au premier semestre...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !