Gaétano, gilet jaune et militant CGT : « la population est derrière nous »

« Si on y avait été plus tôt, on aurait pu construire quelque chose », dit cet ancien délégué syndical d'une usine bisontine qui a très vite participé à un groupe sur l'ouest de l'agglomération. Jeudi, une quinzaine de ses membres sont venus dans le centre-ville à la rencontre des passants.

Gaétano, gilet jaune et militant CGT : « la population est derrière nous »

Les « Gilets jaunes » ne sont pas forcément là où les attend, à bloquer des carrefours, ouvrir des péages autoroutiers ou manifester en voiture. Jeudi matin, un petit groupe a arpenté à pied le centre-ville de Besançon pour aller à la rencontre « des gens ». A peine avaient-ils posé le pied sur la place de la Révolution, que deux voitures de police venaient s'enquérir de leurs intentions.

Parmi ces manifestants sans banderole ni badge mais immédiatement reconnaissables, une jeune femme ayant manifesté en 2006 contre le CPE, des autoentrepreneurs, des salariés, un chômeur, la plupart de moins de 40 ans. Passant par là, je m'approche, me présente, suis interrogé sur éventuel soutien. Je réponds en évoquant le photographe de Radio-Bip, victime d'insultes racistes et envoyé à l'hôpital, la pommette fracturé par un coup de poing. Spontanément, tous condamnent cet acte qui représente un côté obscur du mouvement.

Le même groupe, avec...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !