Besançon : la vigne municipale symbole d’une mutation de longue haleine

Vendangés vendredi, les raisins des trente ares de la vigne de Port-Douvot, plantée en 2010, vont être transformés à Sainte-Agnès (Jura) en crémant bio pour les réceptions municipales. Chardonnay, pinot et trousseau se portent bien et la récolte est bonne. De quoi se projeter sur la reconquête en cours des capacités agronomiques de la ville dans le cadre d'une transition écologique déjà entamée...

vend

« On peut faire 2500 bouteilles... » Géraud Fromont tente d'estimer la récolte de la vendange de la vigne municipale bisontine plantée en 2010 à Port Douvot. A peine une heure plus tard, cinq conteneurs de 300 à 400 kg de raisin emplissent son fourgon. Il décide de faire un premier voyage à Sainte-Agnès, dans le Sud-Revermont où il exploite une douzaine d'hectares en bio, répartis aussi sur Gevingey, Cesansey et Vincelles. Les vendangeurs, en insertion au centre Pierre-Croppet et du service Espaces verts de la ville, continuent à couper les grappes et la vendange s'accumule dans les seaux en attendant le retour du vigneron.

Géraud Fromont.

La récolte de Port Douvot où les cépages chardonnay, pinot et trousseau sont plantés, doit pour l'essentiel être transformée en crémant. « C'est un sol argilo-calcaire, plus proche de la Bourgogne que du Jura, drainant », explique Géraud Fromont qui « aime bien mettre du trousseau dans le crémant pour...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !