Assises de la Loue : azote et phosphore toujours…

Les autorités plaident pour des débats dépassionnés alors que l'urgence est admise. L’association SOS Loue et rivières comtoises insiste et fait le bilan après l’alerte lancée en 2010. Agriculture, sylviculture et assainissement sont en première ligne.

la Brème

Parmi les « causes multifactorielles de pollution », l’excès d’azote des effluents agricoles est pointé. La chambre d’agriculture contribue au repérage des zones sensibles, diffuse des plans d’épandage en conséquence et promeut un stockage raisonné. Dans le bassin versant de la Loue, 156 exploitations agricoles mènent des travaux de « maîtrise des pollutions » pour un montant de 7.300.000 euros et pour deux ans (70 % financés par les éleveurs, 30 % d’aides de l’Agence de l’eau, du Conseil général). Mais SOS Loue et rivières comtoises souligne : « depuis 15 ans, les mesures proposées ont montré leurs limites, tout comme les mises aux normes avec leurs effets pervers (passage au lisier et agrandissement des exploitations). Ces mises aux normes mériteraient un vrai bilan environnemental ». L’association plaide pour une réduction de la...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !