Abolir l’énergie… comme l’esclavage !

Historien bisontin travaillant à Washington, Jean-François Mouhot propose dans un livre de « voir le changement climatique comme une occasion extraordinaire plutôt qu’un problème insoluble ».

jean-francois-mouhot

La dépendance des sociétés occidentales envers les énergies fossiles est comme une addiction des maîtres à l’égard des esclaves. Ivan Illich l’avait écrit en 1973 dans « Énergie et équité ». Jean-François Mouhot lui emboîte le pas avec une « réflexion sur le changement climatique » d’abord écrite pour une revue américaine. Il l’a titrée d’une expression forgée dans les années 1940 par l’Américain Richard B Fuller, reprise le physicien et pacifiste allemand Hans-Peter Dürr, prix Nobel alternatif 1987 : « Des Esclaves énergétiques ».

Des Esclaves énergétiques, 152 pages, 17 euros, Editions Champ Vallon.Jean-François Mouhot est chargé de recherches à l’université de Georgetown (Washington) et l’Ecole des Hautes études en sciences sociales (Paris).

Esclaves de choix énergétiques qui laissent peu d’alternatives pour travailler, se chauffer, se déplacer, consommer des...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement connectez-vous

Si vous ne possédez pas d'abonnement:

N'hésitez plus, Abonnez-vous !

Pourquoi Factuel.info est payant ?

  1. C'est un journal indépendant des pouvoirs économiques, financiers et politiques
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif en savoir plus

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !