« Stefan Zweig, adieu l’Europe » : un fantôme en exil…

L’écrivain souffrait d’avoir laissé les siens dans la terreur du nazisme. C'est notamment ce que montre, très bien, le beau film de Maria Schrader.

sweig

Comment raconter la vie mouvementée de Stefan Zweig à qui l’on doit des œuvres importantes comme Confusion des sentiments ou Vingt quatre heures de la vie d’une femme ou encore Lettre d’une inconnue pour ne citer que les plus lues ? Comment parler de cet homme dont les œuvres furent brûlées dans des autodafés en 1933 ? Comment parler de celui qui fuira Salzbourg pour Londres en 1934 ? Que dire de cet écrivain dont le nom figure en 1935 sur la liste des auteurs juifs indésirables et dont la vie sera un long et douloureux exil ?

Le bouillonnement culturel

L’actrice et scénariste allemande Maria Schrader a choisi de ne pas raconter toute la vie de Stefan Zweig mais de montrer en six tableaux la vie de l’écrivain depuis 1936, date de son exil au Brésil, jusqu’à sa mort en 1942 en s’inspirant de son recueil Les Très Riches heures de l’humanité.

La première image, un plan large sur des fleurs très colorées nous...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !