SNOP : un jour de grève et 80 euros mensuels pour tous

Les salariés de ce sous-traitant automobile implanté à Besançon, Cousance et Etupes ont repris le travail après que le mouvement a concerné également les sites de Brioude (Haute-Loire) et Gacé (Orne).

Sur le site de Snop Besançon. Le délégué CFDT Hussein Chehade fait le point sur la négociation avec les grévistes.

Besançon, Cousance, Etupes... Trois des sept sites de la SNOP dont le siège est à Villepinte, une entreprise de découpage et emboutissage pour pièces automobiles, fournisseur de rang 1 de PSA, mais aussi de Renault ou Valéo, sont en Franche-Comté. A l'issue d'une brève grève qui s'est déroulée lundi, décidée vendredi à Besançon, le matin même ailleurs, les salariés ont obtenu que la direction aille un peu plus loin que prévu à l'occasion des NAO, les négociations annuelles obligatoires portant notamment sur les salaires.

Initialement publié dans la matinée de mardi 23 juin, cet article a été actualisé à 23 h.

A la mi-journée, ils avaient obtenu 2% d'augmentation avec un minimum de 60, mais aussi une répartition plus favorable de la mutuelle (60% payée par l'entreprise au lieu de 50%), et une augmentation de 0,5% de la prime de panier pour les journaliers. Les salaires net ouvriers sont situés entre 1600 et 2300 euros. A...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !