Retrouver des vieux films amateurs, les restaurer, les montrer

Depuis quatre ans, la Cinémathèque des Monts-Jura s'est lancée dans une passionnante tâche de collecte de témoignages remontant, pour l'instant, jusqu'en 1934. Histoire, modes de vie, économie, vie sociale... remontent à la surface grâce à la numérisation et au maintien en état d'appareils de projection anciens.

Denis Bépoix, Cinémathèque des Monts-Jura

Collecter des films présentant un intérêt patrimonial, relatifs aux vieux métiers, aux lieux, aux manières de vivre...

Telle est la raison d'être de la Cinémathèque des Monts-Jura que Denis Bépoix a créée il y a quatre ans avec quelques amis. « Il n'y avait rien en Franche-Comté à partir du cinéma amateur argentique. On s'est inspiré de cinémathèques existantes, comme en Bretagne, en Corse, ou plus près de nous celle des Pays de Savoie et de l'Ain », explique Denis Bépoix.

Venu au cinéma grâce au CCPPO, Denis est né à Besançon, dans le quartier Battant, et a grandi à Palente. Il a longtemps exercé comme projectionniste, a travaillé dans des salles bisontines aujourd'hui disparues : le Vox, le Building, le Rex qui s'appela ensuite le Vauban. Il a exercé à Dole, Champagnole et à Saint-Claude où il vit aujourd'hui une retraite active depuis sept ans. 

« Des gens héritent de films...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !