Procès de l’amiante du CHRU de Besançon : Sisyphe, Kafka et parodie de lutte des classes

Près de douze heures d'audience ont révélé les tensions entre la gestion technocratique, les règles de droit et l'angoisse d'une centaine de travailleurs exposés au risque de « mourir de respirer ». Le parquet a réclamé 60.000 euros d'amende contre l'hôpital qui estime que le risque qualifié n'est pas démontré. Jugement le 30 novembre.

b7amiante_4

Jean-Michel Bessette est anthropologue et professeur d'université honoraire.

Mercredi 28 septembre, 8h45, Tribunal de Grande Instance de Besançon. Après le passage sous le portique de sécurité à l’entrée du TGI, on traverse l’esplanade ensoleillée pour accéder au bâtiment principal. Dans le hall, une queue s’est formée : l’accès à la salle d’audience du procès en correctionnelle est contrôlé. A l’intérieur, la salle est pleine ; tous les bancs réservés au public sont occupés, essentiellement par des salariés du CHRU qui se sont portés partie civile. Parties civiles également le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) du CHRU, les syndicats CFDT, CGT, FO et SUD ainsi que l’Association Nationale des Victimes de l’Amiante (ANDEVA).

Le CHRU - personne morale – représenté à l’audience par son actuelle directrice (Mme Carroger) et le directeur des ressources humaines (Mr....

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !