« Ne pas tenir les murs d’un monde qui s’effondre… »

Trois jeunes travailleuses sociales, dont deux bisontines, ont décidé de faire un break de six mois dans leur vie professionnelle pour aller à à la « découverte de lieux alternatifs et solidaires ». Afin d'alimenter leur réflexion en vue de la création d'un « lieu de vie et de soin basé sur la bienveillance, l’autogestion, l’égalité sociale et économique ».

avanti

C'est une aventure qui commence dans un ITEP (institut thérapeutique, éducatif et pédagogique) du sud de la France. La bisontine Maéva y est psychologue depuis 6 ans, la méridionale Audrey psychomotricienne depuis 3 ans et demi, après être passée par une licence de médiation culturelle, deux ans de philo, un an au bout du monde (Australie), des petits boulots…

Elles travaillent en équipe avec des enseignants, des éducateurs spécialisés, des médecins… Les réunions de coordination, d'analyse de la pratique, de préparation, de suivi, sont fréquentes, nécessaires et… frustrantes. « Les professionnels ne décident de rien, sont face aux injonctions hiérarchiques reposant sur des raisons budgétaires », déplore Maéva.

« Au début, on s'échangeait des regards en fin de réunion, des soupirs… », explique Audrey. Les deux jeunes femmes finissent par discuter ensemble, échanger autour des projets de l'établissement,...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !