Le passé et la morale, le sens et l’absurde…

Philosopher quatre heures en examen est-il suffisant ? N'est-ce pas tardif d'attendre 18 ans pour s'y confronter ? « C'est trop court un an, ça rend la philo scolaire, mécanique et éphémère quand elle est censée être large et versatile », répond une candidate au sortir de l'épreuve reine du bac, au lycée Pasteur de Besançon.

bacphilo

Je pense donc j'essuie... La tête bien sur les épaules, Drilon vient d'avoir 18 ans. Ce mercredi matin, il vient surtout de passer l'épreuve tant attendue du bac philosophie, il est grand temps d'éponger et d'essuyer un front mis à rude épreuve. Ou plutôt un cerveau car philosophie et cerveau font bon ménage. Un bon remue-méninges.

« Philosopher, c'est se poser des questions, interroger le contexte et se projeter ». Voilà la première pensée d'Axelle au sujet de la matière-phare de terminale littéraire. Quatre heures de dur labeur se sont écoulées, il est midi, les copies sont rendues, les espoirs et les craintes se mêlent à la joie de retrouver l'extérieur, après des heures d'intérieur et d'intériorité. Cyrielle pondère : « c'est certes du travail mais cela s'est fait sans stress, la philo est ouverte, vaste et subjective, elle n'a pas de fin et n'est pas un problème en soi...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !